Rechecking

Le journalisme citoyen en veille.

Lui l’Histoire, il ne maîtrise pas: le curieux cas de Yann Bouvier

Nov 25, 2022 | 0 commentaires

Comme d’habitude n’oubliez jamais les indicateurs les plus évidents quand un « debunkeur » sorti de nulle part tente de se constituer une audience :

  1. Loi de Tennyson: la demie-vérité est le pire des mensonges. Le mensonge par omission est un mensonge aggravé.
  2. Loi de Brandolini: l’énergie necessaire à réfuter la foutaise est très supérieure à celle qu’il faut pour la produire. Il faut 6 minutes à Bouvier pour dérouler son pseudo-debunk, il vous faudra au moins vingt minutes pour lire sa réfutation
  3. Rasoir d’Hanlon: n’attribuons jamais à la malfaisance ce qui peut être attribué à l’incompétence, même si en l’occurence, des signes de biais et de malfaisance évident apparaissent dans le « travail » de Bouvier.

Cette réfutation n’est pas exhaustive, nous ne nous concentrons que sur les contresens, mensonges et contrevérités les plus directs.

Sur le fond

Mensonge Numéro 1

« d’abord pas mignonne alors c’est vrai qu’aujourd’hui le mécanisme a une sale tronche mais à l’époque il ressemblait à ça et je trouve ça plutôt mignon »

Type de mensonge: par omission et sophisme de l’homme de paille

Réfutation: D’une part Bouvier laisse entendre qu’Aberkane n’avait pas compris que l’image présentée était une concrétion archéologique. C’est bien sûr faux.

D’autre part Bouvier n’a pas compris (ou ment, mais le rasoir d’Hanlon nous invite à attribuer son erreur à l’incompétence plutôt qu’à la malveillance) le concept de « cuteness » (« mignonitude ») développé par Aberkane: non la machine reconstituée n’est toujours pas mignonne dans les critères définis par Aberkane dans sa conférence: ses affordances (son invitation à l’utilisation) ne sont pas évidentes, elle n’est tout simplement pas facile d’accès, son design ne crie pas « adopte-moi ».

Mensonge Numéro 2

« Deuxièmement il y a des débats pour dater la création de ce mécanisme mais si on prend la fourchette la plus large il aurait été fabriqué entre 205 et 105 avant J-C »

Type de Mensonge: direct, et par omission

Réfutation: La fourchette citée par Bouvier est fausse, et c’est sur ce mensonge qu’il va prétendre qu’Aberkane se trompe dans sa conférence. D’une façon importante, cela signifie qu’il s’agit bien d’un mensonge, et pas d’une erreur de bonne foi. Les objets purement métalliques (comme la machine d’Anticythère) ne peuvent pas être datés au Carbone 14 dont la précision est une des meilleures possible pour la datation radioactive, et la fourchette la plus large pour la machine d’Anticythère n’est PAS entre 205 et 105 avant J-C mais de 205 à 60 av J-C, qui est la date du naufrage dont la machine faisait partie, tel que le confirme d’ailleurs le premier auteur de l’étude qu’il cite¹.

En fait la datation initiale du méchanisme d’anticythère était de 87 avant Jesus Christ², Jules César étant né en 100 avant JC, Aberkane a raison de dire « quand Jules César avait 14 ans ». Bien sûr, d’autres spéculations donnent des dates antérieures, et argumentent en ce sens, mais Aberkane choisit justement de donner la date la moins sensationnelle possible dans sa conférence. De ce choix justifié, Bouvier fait un mensonge à partir de rien, et cela, c’est plus que malhonnête.

¹. Carman. The Final Date of The Antikythera mechanism. Journal for the History of Astronomy, 20 Aug 2017

². Price, Derek de Solla (1974). « Gears from the Greeks. The Antikythera Mechanism: A Calendar Computer from ca. 80 BC » Transactions of the American Philosophical Society, New Series. 64 (7): 19.

Mensonge Numéro 3 

« et alors surtout le dernier point, un ordinateur, mh? c’est une machine qu’on ne pouvait pas programmer » et Bouvier de citer Bernard Cohen pour qui « ordinateur » se limite en effet à un système électronique programmable avec mémoire support.

Type de mensonge: par omission

Réfutation: Là aussi Bouvier triche délibérément en présentant à son audience une seule interprétation du terme « ordinateur analogique » qui n’est d’ailleurs en aucun cas ni indiscutable ni même seulement consensuelle. Il oublie aussi de dire à son audience que OUI la machine d’anticythère est « largement considérée comme un des premiers cas d’ordinateurs anologiques » et ce dans plusieurs publications  . Bouvier ment donc directement à son audience pour tenter de brosser son portrait faux d’Aberkane.

Sur le plan de la programmabilité comme critère, nous pourrions dire aussi que Bouvier a délibérément sélectionné sa source (Cohen) pour induire son audience en erreur, mais nous préférons invoquer le rasoir d’Hanlon, Bouvier n’ayant pas de compétence informatique particulière.

³. Efstathiou, Kyriakos; Efstathiou, Marianna (1 September 2018). « Celestial Gearbox: Oldest Known Computer is a Mechanism Designed to Calculate the Location of the Sun, Moon, and Planets ». Mechanical Engineering. 140 (9): 31–35. doi:10.1115/1.2018-SEP1. ISSN 0025-6501.

⁴. Ken Steiglitz (2019). The Discrete Charm of the Machine: Why the World Became Digital. Princeton University Press. p. 108. ISBN 978-0-691-18417-3. “The Antkythera Mechanism [The first computer worthy of the name…]”

⁵.Paphitis, Nicholas (30 November 2006). « Experts: Fragments an Ancient Computer ». Washington Post. Archived from the original on 8 June 2017. “Imagine tossing a top-notch laptop into the sea, leaving scientists from a foreign culture to scratch their heads over its corroded remains centuries later. A Roman shipmaster inadvertently did something just like it 2,000 years ago off southern Greece, experts said late Thursday.”

Mensonge Numéro 4

 » c’est incomparable » : commentaire subjectif de Bouvier à l’affirmation « algorithmiquement quelque part entre la pascaline et la machine enigma »

Type de mensonge: incompétence (rasoir d’Hanlon)

Réfutation : nous préférons attribuer cette erreur de Bouvier à l’incompétence plutôt qu’à la malveillance. Bouvier confond le « facteur de branchement » avec la « complexité algorithmique » qu’il confond aussi avec la programmabilité, qui est un aspect totalement différent. Il est très facile de produire une machine au facteur de branchement très élevé (la machine enigma) et ce dernier n’est en aucun cas une mesure de sa complexité algorithmique. Si Aberkane fait une erreur ou une imprécision, c’est plutôt qu’il met la Pascaline au même niveau que le calcul d’une éclipse, ce qui est discutable, bien que sur le plan arithmétique, oui, la machine d’anticythère effectue aussi des multiplications et des divisions, à la différence près qu’elles sont pré-programmées (comme une horloge). Aberkane a raison de comparer l’effort technologique pour concevoir la Pascaline à celui de la conception de la machine d’anticythère; même si cette comparaison est discutable, les arguments de Bouvier sont simplement faux: le facteur de branchement d’une machine n’est pas une mesure de sa complexité.

Mensonge Numéro 5 

« pas du tout cette machine était un gadget qui servait juste à reproduire des calculs qu’on savait très bien faire sans et qu’on a continué à faire après »

Type de mensonge : mensonge direct, mais rasoir d’Hanlon également

Réfutation : puisque Bouvier cite un passage fortement (trop) vulgarisé pour étayer son « argument » nous pouvons lui laisser le doute de l’incompétence. Le texte sur lequel il s’appuie déclare « Son utilité n’était pas pragmatique. Les savants de l’époque n’avaient pas besoin d’un tel calculateur, un crayon et une feuille de papier suffisaient »

Or ce passage destiné au grand public n’est pas du tout rigoureux au sens historique, que Bouvier prétend maîtriser. D’abord Bouvier ne s’insurge pas de ce qu’on parle de « papier et de craon » au 1er siècle avant J-C (bien avant l’invention du papier, bien avant l’invention du crayon) et cette indignation à géométrie variable ne peut que nous alerter sur sa bonne foi.

Ensuite en aucun cas la capacité à mécaniser un calcul explicite ne fait de l’objet en question un « gadget », c’est une opinion certes, mais sans rigueur historique. Dire que la machine d’anticythère est un « gadget » est un non-send historique absolu car ce terme désigne spécifiquement un objet reproduit en grand nombre voire « commoditisé » et jamais quelque chose d’unique, de rare et de précieux.

On peut suspecter Bouvier de verser dans le sensationnalisme, de chercher désespérément à donner une épaisseur inexistante à sa pseudo-réfutation, mais nous préférons lui laisser le doute de l’incompétence, sans doute ne savait-il pas

  • que le papier et le crayon n’existaient pas au 1er siècle avant JC
  • qu’un gadget est un objet sans valeur produit en de multiples exemplaires
  • que la mécanisation d’un calcul manuel représente bien un effort technologique particulier.
Mensonge Numéro 6 

« même l’Eglise Chrétienne n’y voyait pas de Magie »

Type de Mensonge: non sequitur, et mensonge direct

Réfutation : que vient faire l’Eglise Chrétienne là-dedans? Bouvier reproche à Aberkane de n’avoir pas été sensationnel dans sa datation en la « limitant » à « quand Jules César avait 14 ans » (87 av JC) et maintenant il invoque l’Eglise Chrétienne au Moyen Age pour dire qu’elle, au moins neuf siècles plus tard et après l’introduction massive de l’astrolabe, n’y voyait pas de magie? Ce gloubi-boulga argumentatif indigne d’un fact-checkeur ne peut de près ou de loin constituer un « debunk » d’Aberkane comme le prétend Bouvier.

Mensonge Numéro 7 

« c’est juste la banale histoire d’une technologie qui a été perdue »

Type de mensonge: mensonge direct

Réfutation: non le Mécanisme d’anticythère n’a rien de banal. Cette technologie n’était pas usuelle et nous n’avons aucun exemple de sa reproduction, même à petite échelle, contrairement aux autres cas cités par Bouvier. Après avoir accusé à demi-mot Aberkane d’avoir osé donner la datation la plus conservatrice (donc la plus banale justement) du mécanisme, le voilà qui déclare que cet artefact et la perte de son savoir-faire sont une question « banale ». Ceci est faux parce que les « savoir-faire perdus » qui sont considérés comme « banals » sont ceux qui étaient reproduits dans l’histoire (le Feu Grégois, le béton romain ou les aqueduc par exemple)  or il n’en était rien du mécanisme d’Anticythère, singularité technologique donc objet unique, documenté nulle part ailleurs, ni dans sa conception ni dans sa possession.

Mensonge Numéro 8 

« on sait depuis le 19ème siècle que deux métaux de nature différente plongés dans une solution acide ou saline ça peut produire de l’électricité »

Type de mensonge: incompétence (rasoir d’Hanlon)

Réfutation: Bouvier n’a pas la moindre idée de ce dont il parle. D’abord les travaux de Galvani et Volta (à qui l’on doit l’invention de la « pile ») datent du 18ème et PAS du 19ème siècle (et là, contrairement au mécanisme d’anticythère, ce n’est pas une datation controversée et discutable. Ensuite non la pile ce n’est pas « deux métaux de nature différente dans du sel ou de l’acide »,  c’est un couple oxydo-réducteur qui ne nécessite aucun métal en particulier (eg. pile à hydrogène, électrode à graphite, à soufre etc). Le terme électricité vient du mot grec pour « Ambre » qui n’est pas tellement un métal non plus.

Bien sûr, Bouvier n’est pas dans son domaine de compétence mais il est curieux qu’il fasse des reproches à Aberkane dans une conférence interdisciplinaire de plus de 150 minutes tout en produisant, lui déjà plus de 8 mensonges en moins de 5 minutes

Mensonge Numéro 9 

« 24 micro Ampère, au sens strict, est totalement imperceptible »

Type de mensonge: incompétence (rasoir d’Hanlon)

Réfutation: là aussi par un vague copier-coller Bouvier ne sait pas de quoi il parle. D’une part le courant électrique qu’il décrit est celui qui est reconstitué par les archéologues (avec de l’eau salée) il est purement indicatif mais ne représente pas l’état de la pile à son époque de fabrication. En effet, il était possible d’utiliser du jus de citron comme solution électrolytique (ce qui fut d’ailleurs fait par les Mythbusters) et obtenir ainsi un courant-voltage plus élevé

D’autre part le seuil de perception dépend, en plus de l’intensité (en ampères), également du voltage, de la durée, et de l’administration (sur la langue? sur le bout des doigts? avec une peau mouillée?, sous la peau avec une aiguille? etc)

Mensonge Numéro 10 

« en plus il y a avait un bouchon en bitume sur le bitoniau qui empêchait de brancher un fil sur la partie cuivrée à l’intérieur »

Type de mensonge: direct ou incompétence

Réfutation: un sceau bitumineux n’empêche pas du tout de connecter un fil, (même dans le bâtiment pour un paratonnerre d’ailleurs). Nous ne pouvons penser que Bouvier ignorait ce fait.

Cependant, il se peut que Bouvier, ne saisissant vraisemblablement pas la différence entre décharge électrique et galvanoplastie, ait lu sur Wikipedia (qui n’est pas une source en soi) que oui, le bitume n’est pas une bonne idée pour une cellule de plaquage (sauf si les courants sont suffisamment faibles) conçue pour un usage prolongé, ce qui ne pose pas de problème par contre pour des usages ponctuels (décharges courtes)

Mensonge Numéro 11

« la théorie de la pile a été abandonnée »

Type de mensonge: par omission

Réfutation: Non, juste non. Certains archéologues invitent à abandonner cette hypothèse, c’est vrai, mais ce n’est ni un consensus ni la preuve qu’elle n’est plus explorée dans la recherche contemporaine. Encore une fois, pour « inventer » un mensonge d’Aberkane, Bouvier tronque ses sources pour donner l’impression – fausse – d’un consensus formel, définitif et indiscutable, trompant ainsi son audience.

Au final « tout ça dans un extrait de 4 minutes 11 de conférence » déclare le youtubeur et pourtant lui, Bouvier, arrive lui à embrayer pas moins de onze mensonges plus ou moins directs, plus ou moins incompétents dans une vidéo préparée et montée (contrairement à la conférence d’Aberkane) en quatre minutes aussi, et ses mensonges à lui sont confirmés.

Sur la forme

Laissons de côté les emojis et le montage outrancier. Plus préoccupant sont les liens non déclarés de Bouvier avec Thomas Durand.  Le but est de faire dans l’outrage pour obtenir des vues et acquérir des abonnés. Thomas Durand a déjà utilisé ces méthodes peu glorieuses en faisant sortir de nulle part « Wildeye Demon » alias de Wendy Boisnard (ancienne collaboratrice d’un politicien lourdement condamné en justice) dans le seul but d’attaquer Aberkane.

Le deal étant simple: tu attaques Aberkane, je te retweete ainsi que tout mon réseau, et on fait décoller ta chaîne sur youtube. Déontologiquement, Durand a menti à toute sa communauté en présentant Wendy Boisnard comme « indépendante » alors qu’elle est en fait la compagne de Samuel Buisseret, de sa chaîne partenaire Mr Sam. Bref, poudre aux yeux et manipulation à tous les étages.

Sans surprise donc, même mécanisme avec Bouvier – qui lorsqu’on lui pose des questions sur les détails de ses recherches en commentaire, cite… Thomas Durand, et son blog menace-théoriste.


Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *